Castro est mort !


Dans la presse

En attendant Castro…

À travers les destins croisés d’un écrivain français, de passage à La Havane, et d’un journaliste cubain emprisonné, Didier Goupil dresse le portrait d’une île privée de tout, sauf de l’espérance.

En France, l’admiration de certains écrivains et intellectuels envers la vieille dictature castriste demeure vivace. On se souvient notamment d’Ignacio Ramonet, directeur du Monde diplomatique, venu en février 2002 à La Havane partager une tribune avec le Lider Maximo pour déplorer les entraves à la liberté d’information… aux États-Unis. Ne seraient-ce les opposants persécutés et la peine de mort, on en rirait volontiers.

Le romancier Didier Goupil a le bon goût de ne pas manger de ce pain rance, mais son Castro est mort ! ne relève pas pour autant du pamphlet ou du texte engagé.

          Plus subtilement, il met en scène un écrivain invité à Cuba par l’Alliance française, au moment même où le régime vient de procéder à l’une des plus importantes rafles de dissidents depuis trente ans. Nous sommes en mars 2003, le monde a les yeux tournés vers l’Irak, et Castro en profite. Parmi les opposants arrêtés se trouve Juan Valero, un journaliste en vue qui avait longtemps écrit et pensé ce que le pouvoir attendait. Jusqu’au jour où le spectacle des procès truqués, de la répression et de l’exode des balseros ne le fasse basculer dans le camp de la dissidence.

Les palaces chers à Hemingway…

Avec autant de finesse que de force, Castro est mort ! nous fait découvrir les visages paradoxaux d’une « ville paisible, presque provinciale, à l’écart de la frénésie du monde », dont les vieux hôtels ont été transformés en palaces pour Occidentaux à l’image du Ambos Mundos, cher à Hemingway. Sous le soleil rouge de la révolution, on ne ramasse plus les poubelles à cause de la pénurie d’essence et, dans les rues de La Havane, on tue le temps en jouant aux dominos, pendant que des étrangers en short achètent de la chair fraîche. Les Cubains manquent de tout, surtout de liberté, et cependant on imagine en grimaçant ce que deviendra l’île enfin débarrassée de l’oppression communiste : un parc de loisirs et un lupanar pour touristes mondialisés.

Il flotte sur le cinquième roman de Didier Goupil une douce mélancolie, tempérée par la précision des outrages subis par Juan Valero : parodie de procès, avocat de la défense déclarant avoir honte de défendre un tel client, horreur des conditions de détention… C’est à la prison de Boniato que le journaliste entame sa peine de vingt ans en espérant entendre un jour la seule nouvelle qui le libérera : « Castro est mort. » Mais ce sont d’autres disparitions – celles de Celia Cruz de Compay Segundo ou d’Ibrahim Ferrer, les voix de l’âme cubaine – qui rythment sa détention. Ce roman, élégant et désenchanté, s’achève en août 2006 quand on pense que le despote va s’éteindre.

Reviennent alors les mots d’un innocent sacrifié soufflant : « Je suis seulement un homme qui écrit… »

Christian Authier, Le Figaro, mars 2007

 

 

En 2003, Fidel Castro organise une gigantesque rafle de ses opposants. Le journaliste indépendant Juan Valero se retrouve derrière les barreaux. Un procès-mascarade le condamne à vingt ans de prison. Désormais, seule la mort du caudillo pourrait le sauver.

Lors d’un séjour à Cuba, Didier Goupil s’est vu sommé d’écrire sur le régime castriste. Efficace, percutant, son roman-reportage dépeint les derniers soubresauts d’un régime à l’agonie et restitue le quotidien oppressant d’un peuple exsangue. .

Claire Julliard, Le Nouvel Observateur, mai 2007

 

 

Tandis que le narrateur découvre Cuba, un intellectuel, Juan Valero, subit le sort de ceux qui dénoncent le régime castriste: prison, privations, torture. D’un côté Cuba coloré, attachant, chantant, sucré, et de l’autre, Cuba violent, corrompu, écrasant , liberticide, autiste.

Les deux histoires se déroulent en parallèle mais contrairement à la géométrie, les parallèles ici se rejoignent.

Une sorte de reportage à la fois léger et dense. Un voyage dans le Cuba contemporain.

À lire absolument avant que le titre de cette fiction ne devienne celui des journaux! »

Les dernières nouvelles d’Alsace, avril 2007


 

Traduit en allemand chez Haymon  Verlag

Leben aus dem Bestand

Zwei Sichtweisen auf den kubanischen Alltag: Didier Goupil blickt mit den Augen des Bonvivants auf die Insel. Der Fotograf Michel von Boch hingegen sieht den Menschen auf die Finger – wie viel sie mit wie wenig produzieren.

Der Klappentext nimmt es mit der Datierung wenig genau: Nicht „irgendwann am Beginn des 21.Jahrhunderts“, sondern Anfang März 2003 trifft der namenlose Ich-Erzähler in Didier Goupils halbfiktionalem Bericht in Havanna ein, um auf Einladung der Alliance française sein Buch über die Anschläge auf das New Yorker World Trade Center vorzustellen. Er kommt ein paar Tage früher, weil er sich die Stadt ansehen will, und schiebt seine Abreise hinaus, verdrossen von der Aussicht auf „das Grau und die unvermeidliche Langeweile“ in seiner Heimat.

Dieser Schriftsteller ist ein leidlich genauer Beobachter des kubanischen Alltags, er macht auf eigene Faust oder in Begleitung eines kundigen Beamten des französischen Kulturinstituts seine Erkundungen und ist davor gefeit, seine Sympathie für die Menschen, die in der prolongierten „Spezialperiode“ mit tausend Tricks zu überleben versuchen, auf das Regime zu übertragen. Seine Erfahrungen teilt er in biederen, anspruchslosen Sätzen mit, wie man sie aus dem Tagesjournalismus kennt, aber immerhin heischt er nicht nach Sensationen, beherrscht die Landessprache und weiß einiges über die politischen Verhältnisse auf der Insel. Alles deutet darauf hin, dass der Protagonist mit dem Verfasser dieses Reiseberichts identisch ist – Didier Goupil hat, wie jener, einen Roman vor dem Hintergrund der Attentate vom 11.März 2001 geschrieben, der unter dem Titel „Le jour de mon retour sur terre“ vor sechs Jahren in Frankreich erschienen ist.

Während der Erzähler noch die Sehenswürdigkeiten der Stadt abklappert, aber auch Gegenden erkundet, die nicht auf dem üblichen Besuchsprogramm stehen, werden zahlreiche Oppositionelle von der Staatssicherheit verhaftet, kurz darauf in Schnellverfahren zu langjährigen Gefängnisstrafen verurteilt und in entlegene Zuchthäuser eingeliefert. Auch das ist keine Erfindung des Autors; tatsächlich sind 75 Journalisten, Intellektuelle und Menschenrechtsaktivisten am 18.März 2003 festgenommen worden. Die meisten sind noch heute in Haft. Einen von ihnen fügt Goupil gleich zu Beginn seinem Reisebericht ein, in einem Erzählstrang, der die Chronik der Besuchsreise immer wieder unterbricht. Im zweiten Teil des Buches ist nur noch vom Schicksal dieses kubanischen Journalisten die Rede, den Goupil Juan Valero nennt und bei dem es sich in Wirklichkeit um Rául Rivero handelt, einen mehrfach ausgezeichneten Lyriker und Publizisten, der 1991 den „Brief der Zehn“ unterzeichnet hat, in dem die Staatsführung ersucht wurde, politische und wirtschaftliche Reformen einzuleiten, und vier Jahre später die unabhängige Presseagentur Cuba Press mitbegründet hat. Wegen seiner oppositionellen Tätigkeit zu 20 Jahren Haft verurteilt, ist Rivero aus gesundheitlichen Gründen und infolge weltweiter Proteste – auch von bis dahin loyalen Schriftstellern wie José Saramago und Eduardo Galeano – vorzeitig freigelassen worden. Er lebt seit Dezember 2004 im Madrider Exil, während sein literarisches Alter Ego Juan Valero sich ein paar Monate später, geschwächt von den Haftbedingungen, deprimiert durch die Nachricht vom Ableben des Musikers Ibrahim Ferrer und verzweifelt über die Langlebigkeit Fidel Castros, in seiner Zelle die Pulsadern öffnet.

Das erfundene Ende, mit dem Goupil
seine Geschichte zu überhöhen trachtet, bringt diese gleichsam zum Einsturz. Wer einem Überlebenden einen Selbstmord andichtet, lenkt mit seiner skrupellosen Erfindung von der Brutalität des kubanischen Strafvollzugs ab, die er seinen Lesern doch drastisch vor Augen führen will. Und er riskiert wie jeder, den man beim Lügen ertappt, den Verlust seiner Glaubwürdigkeit: Ist wirklich wahr, was er uns bis dahin
erzählt hat? Ist der fehlende Gestaltungs-wille des Autors nicht überhaupt Ausdruck von Unaufrichtigkeit? Ist er nur ein politischer Konjunkturreiter, einer, der die Erfahrung von fünf oder zehn Tagen in Havanna mit angelesenen Gefängnisprotokollen verschneidet, um schnell ein neues Buch zu fabrizieren? Man muss diese Fragen nicht bejahen und kann doch den Eindruck gewinnen, dass es sich Didier Goupil als Chronist zu einfach gemacht hat. Allzu ungenau und routiniert ist seine Prosa, als dass uns der Tod ihres Helden erschüttern würde.

Noch etwas stört an diesem Buch mit dem provokanten und doch wenig prophetischen Titel: Der Autor und sein Ich-Erzähler sind, wie erwähnt, keine naiven Revolutionstouristen. Sie wissen schon bei der Ankunft, was sie erwartet, lassen sich nicht blenden von der Lebensfreude der Bevöl-kerung und ihrer Fähigkeit, in Mangel und Armut nicht auf das Glücklichsein zu vergessen. Aber sie spüren nie auch nur einen leisen Anflug von Unbehagen, wenn sie als ungemein privilegierte, wohlhabende Besucher Kubanern begegnen, die mit umgerechnet sieben oder zehn Euro im Monat auskommen müssen.

Dass sie inmitten bedürftiger Menschen ein Luxusleben führen – die Art und Qualität der täglichen Nahrungszufuhr wird von Didier Goupil penibel vermerkt –, beschwert nicht ihr Gewissen. „Dollars mit Beinen“ werden solche Fremde in Kuba genannt, aber das weiß der Autor nicht, und wüsste er es, hätte es ihn wohl nicht gekümmert. Seine halb erfundene, halb beglaubigte Geschichte verweist zwar auf „den bedrückenden Alltag eines ausgebluteten Volkes“, wie es in einer französischen Besprechung heißt, aber auch auf das unterschwellig kolonialistische Gehabe eines demokratisch gesinnten Bonvivants.

Zum Vergleich: Michel von Bochs Fotoband über „Kubas Hände“, zu dem der Österreicher Stefan Barriga knappe Texte beigesteuert hat, kommt trotz seiner opulenten Aufmachung viel bescheidener daher und ist doch um einiges gelungener. Das liegt daran, dass sowohl Boch als auch Barriga von sich selbst absehen und um das Riviera, die Bodeguita del Medio und die Marina Hemingway einen weiten Bogen schlagen; ihr Interesse gilt der Tätigkeit von Menschen, die aus der Not – dem Rohstoff- und Ersatzteilmangel und den niedrigen Löhnen in den Staatsbetrieben – eine Tugend machen. Sie arbeiten auf eigene Faust, oft auch gemeinschaftlich, aber stets am Rand oder außerhalb der politisch sanktionierten Unternehmungen. „Arbeiten auf Kuba heißt leben aus dem Bestand: Maschinen, Geräte und Werkzeuge sind alt und vielfach repariert. Mittel und Materialien sind kostbar und rar. Mit diesen das Auslangen zu finden ist eine Kunst für sich.“

Man spürt beim Betrachten der bewusst unspektakulären Bilder, dass sich Michel von Boch lange und geduldig mit den Handwerkern befasst und ihr Vertrauen gewonnen hat. Seine Schwarz-Weiß-Fotos korrigieren das grassierende Vorurteil, demzufolge die Menschen auf der Karibikinsel leichtlebig und – gemäß ihrem Wesen, aufgrund der Wirtschaftskrise oder als Folge der autoritären Gängelung – arbeitsscheu seien. Sie sind ständig in Bewegung und strahlen doch Ruhe aus. Würde vor allem, ebenso Zuversicht, Stolz. In der Darstellung so vieler Tätigkeiten, die anderswo verschwunden oder noch gar nicht erfunden sind, gibt sich das Buch auch als Enzyklopädie der kostbaren Berufe zu erkennen.

Von Erich Hackl, Die Presse, 2013

 

Interview

La fin d’une révolution

Pour la traduction allemande de son livre «Castro est mort!» (éditions du Rocher, 2007) l’auteur Didier Goupil a fait une tournée en Allemagne et en Autriche. Elle a pris sa fin à Vienne dans la librairie tempo nuevo, Taborstraße avec une lecture franco-allemande avec l’écrivain et Ines Schütz, la traductrice de son roman. Ingrid Reichel a parlé avec ce français sympathique avant que la soirée ait commencé. Ils ont discuté de critiques, de clichés, du fait d’être emprisonné et de sa théorie que les livres devraient être plus minces que leur contenu. La critique du livre a été publié dans la magazine littéraire etcetera nr. 36/ Sprung. A lire sur http://www.litges.at

Vous avez eu de bonnes critiques françaises?

Françaises? Oui.

Vous connaissez les allemandes?

Un petit peu …

Elles étaient bonnes?

Elles viennent juste de sortir. J’ai lu essentiellement les critiques sur Amazon en particulier et il y a des choses intéressantes.

Moi, j’ai fait mes petits devoirs, en cherchant sur Internet et j’y ai trouvé surtout des critiques peu favorables.

Ah, c’est possible. Moi j’ai lu de bonnes critiques. Le petit reproche qu’il y avait c’est qu’il n’y a pas de lexique espagnol. C’est vrai, qu’on n’y avait pas pensé, aussi, parce que les mots espagnols sont intégrés dans la langue française.

Les critiques allemandes vous reprochent un manque de politique en face d’un trop en histoire.

(Il rit) … Mais, qu’est ce qu’il leur faut?

Trop superficiel, ils disent.

Chacun est libre de penser. Moi, je ne trouve pas. Le principe du livre est un récit roman.

Je suis allé trois fois à Cuba dans des conditions très particulières, c’est à dire en étant hébergé par des cubains et par des français qui vivent à Cuba depuis extrêmement longtemps, en même temps j’ai découvert une grande partie tout seul et que le but du jeu était de présenter un livre qui au fur et à mesure gratte un peu la façade, pour voir un peu ce qu’il y a derrière.

Votre opinion envers Cuba a-t-elle changé après vos voyages?

Jamais j’avais pensé aller à Cuba, donc ce n’était pas un désir, ce n’était pas un souhait, ce n’était pas un rêve. J’étais invité. J’y suis allé un peu par hasard. Je n’avais pas d’opinion précise avant de partir.

Il y a un Cuba extrêmement enchanteur, dans la beauté des ruines, dans la beauté tropical du pays, les gens, la musique, dans la beauté de tout ce qui fait tropique … les perroquets, les fruits, les couleurs, l’architecture espagnole mélangée avec l’architecture déjà un peu jungle. Cela est extrêmement saisissant. Et puis il y a un Cuba dégradé, un Cuba où les gens sont quand même un peu interdits de penser, de parler, de s’exprimer et d’entreprendre individuellement des choses. Donc c’est un mélange de ces deux Cubas là.

Mais en fait, ce sont des clichés …

Non! C’est la réalité. Le cliché n’est pas forcément la non-réalité. Le cliché est la simplification d’une réalité. Quand ont dit par exemple les français avec leurs baguettes de pains, c’est un cliché, mais c’est vrai! Les français mangent dix fois plus de pain que n’importe qui. J’ai mangé au restaurant hier soir à Vienne, il n’y avait pas de pain. En France ce serait impossible. Alors si vous dites en France on mange du pain, vous dites c’est un cliché, mais en même temps c’est la réalité. Donc la réalité à Cuba est que les gens effectivement aiment la musique, font de la musique … tout le temps, partout, nuit et jour, tout le monde, tout le monde, pas simplement dans les trois rues touristiques. Quand vous habitez dix kilomètres de la Havane le soir les gens du quartier font de la musique, le matin les gens font de la musique, à midi ils chantent, à 15 heures il y a une fanfare qui répète dans un parvis, quand les gens jouent au domino il y a toujours un qui chante à côté. Donc, c’est peut-être un cliché, mais c’est Cuba.

Il y a deux chapitres dans votre livre. Le contenu du premier, où vous même jouez le rôle du protagoniste, est que vous êtes invité à tenir un récit dans un centre de culture, et il y a un étudiant qui vous demande si vous allez faire un livre de Cuba pour raconter la vérité. Finalement vous restez un peu plus long et c’est qu’en rentrant en France que vous décidez d’écrire ce livre. Quelle était votre motivation?

Il n’y a rien de particulier. Ma première invitation à La Havane s’est réalisée à cause d’un ami qui s’y est installé. On en a parlé régulièrement cinq, six, sept, huit ans avant. Et puis un jour il est parti travailler à Cuba. Il m’a appelé. J’étais le voir. Il vit chez des habitants cubains depuis 15 ou 20 ans. Moi j’y ai passé un bon moment. Je suis revenu l’année suivante, j’ai été invité par l’ambassade de France à y présenter un livre que j’avais écrit sur le 11 septembre qui s’appelle „Le jour de mon retour sur terre“ (2003) Donc là, j’ai fait une conférence à la Havane pour faire station à Santiago, où bien j’avais passé dix jours à La Havane et dix jours à Santiago seul. A Santiago il y a quelques touristes, mais à part de cela il n’y a personne. J’y suis revenu en 2005 d’une manière plus touristique, en prenant une voiture et en faisant une tour de ville, tout en discutant avec les gens, en allant voir les villes, les lieux, les endroits, les concerts du soir, etc. Donc, il n’y avait pas de précautions, le livre s’est écrit au fur et à mesure. Et comme mon deuxième séjour a coïncidé avec une vague de répression dans l’île, et une vague de durcissement et que le hasard a fait que je suis arrivé au jour de l’arrestation, la durée de mon séjour a correspondu à la durée du procès. Quand je suis parti, les condamnations ont été annoncées. Voilà que je me suis attaché à un personnage qui est Raúl Rivero dans la réalité, donc je retrace sa vie en grande partie.

Mais vous, vous le laissez mourir ce personnage, ce poète à qui vous avez donné le nom Juan Valero …

Oui, parce qu’il a été forcé en exil. C’est une forme de mort quand même. Parce que maintenant il vit en Espagne. On lui a laissé le choix un moment donné soit de rester en prison, soit effectivement d’exiler. Vu son âge, sa famille, ses enfants, il a préféré partir en Espagne, ce que je comprends tout à fait.

Pour vous l’exil est une forme de mort?

Ah oui. Pour le livre c’était important que le personnage ne cède pas. Parce que certains personnages n’ont pas cédé. Par exemple Huber Matos, qui était un des premiers guérilléros avec Che Guevara et Castro. En 1959, devenu dissident il a été condamné à 35 ans de prison et il a fait 35 ans de prison. Il vit maintenant en Espagne, mais il a fait 35 ans. C’était un des premiers guérilléros, il était un des plus fidèles. Donc dans le livre c’était important, c’est un roman justement. C’est à la fois un récit, tout y est vrai, mais en même temps je me permets de tirer la vérité vers l’allégorie, vers la métaphore.

Il y a une critique, qui dit que ce ne sont pas quatre ans de service militaire à Cuba, comme il apparaît dans votre livre. Ce sont trois ans qui ont été réduits à deux ans maintenant.

Moi, je pense que ce sont quatre ans …

Aujourd’hui en effet c’est deux ans… Au début de la révolution il durait quatre ans…

Vous avez recherché?

Oui, bien sûr. Tout est vrai.

Une autre critique se demande d’où vous avez toutes les informations, par exemples l’affaire d’échange de 20 000 médecins, dentistes et entraîneurs sportifs contre du pétrole avec le Venezuela? (Page 43)

AH, mais cela c’est Cuba. Ce sont des chiffres vérifiés de l’ambassade de France, vous les trouvez aussi dans tous les guides. Tout est vrai dans le livre. J’ai fait extrêmement attention à vérifier. Et puis surtout il se trouve que de Cuba il y a assez peu d’articles dans la presse internationale. En France pendant deux, trois ans, le service politique du monde a été extrêmement présent sur les terrains. Pour pleines de raisons les relations entre Cuba et l’Union européenne ce sont beaucoup arrangées en ce moment là. Quand les événements de 2003 se sont passés, cela a beaucoup choqué. Alors Raúl Rivero comme je le raconte, la plus grande partie de ses articles étaient publiés et repris en France ou en Espagne dans les années qui ont suivi, donc 2004-2005 au moment que j’ai écrit le livre et tout ce que Juan Valero dit est vrai, attesté par la presse française, attesté par reporteurs sans frontière, ce sont des infos de première main, tout est juste là.

Mais cette critique est venue d’une journaliste, qui se nomme experte de l’Amérique du Sud …

Oui, j’ai lu dans vos papiers, mais je ne la connais pas. Et sur Internet les gens mettent ce qu’ils veulent.

Ces, critiques, ça va m’énerver ces critiques, parce que les chiffres sont données de Cuba, ce n’est pas moi qui les donne. C’est à dire que Cuba depuis très longtemps a fait un effort très important d’échange de collaboration avec le Venezuela et avec la Colombie en particulier. Alors quand je dis que 20 000 médecins vont régulièrement annuellement travailler au Venezuela c’est le chiffre cubain. C’est vrai.

Le conflit élucidé avec l’exposé annoncé contre l’impérialisme américain qui apparaît un peu comme un service involontaire donné au régime cubain se vaporise finalement sous la pression du besoin de culture. La réponse envers ces problèmes difficiles avec le besoin de culture, n’est-elle pas un peu facile?

Oui, mais cela n’empêche pas … moi je ne suis pas quelqu’un d’idéologique. Je n’ai pas d’idéologie. Quand je vais à Cuba je ne suis pas pour ou contre la révolution. Je ne suis pas communiste ou anticommuniste. En France je suis très lié à la gauche française …

Mais vous réfléchissez sur cette conscience …

Oui, mais c’est parce que je suis un citoyen. Donc, quand je me promène quelque part, je suis un citoyen, je fais attention à ce qui se passe autour de moi. Là, à Vienne, j’ai passé deux heures dans le quartier. Je ne suis pas allé visiter le pavé. Je suis resté dans le quartier, qui est le juif, qui est le polonais, le tzigane. Je peux vous dire le type de gens que j’ai vu. Ce n’est pas le Vienne qui est derrière le fleuve. C’est un autre Vienne. Donc, si je suis là et que je dis que par exemple qu’il y a des communautés de tziganes extrêmement importantes dans ce quartier qui ont sans doute un niveau de vie extrêmement faible et qui je pense ont toutes sortes de déshérence des pays de l’est, et qui sont au bord des capitales comme Vienne et Budapest ou autre, ce n’est pas ce que j’imagine, c’est ce que je vois.

Alors quand je me suis retrouvé à Santiago devant des étudiants extrêmement attentifs, heureux de voir quelqu’un qui vient de si loin, content de parler culture, payé par l’ambassade de France, sous la protection du régime cubain, moi autant que citoyen je me dit: „Didier, c’est un petit peu facile.“ Tout est simple.

Mais la question de conscience est beaucoup plus longue que sa réponse.

Mais il n’y a pas de réponse. Quand je suis revenu il m’a semblé important de faire un récit, je raconte à la manière banale. Je n’ai pas inventé un Cuba que je ne connais pas. Donc Cuba vous apparaît quand vous marchez. Je suis un grand marcheur […]

J’ai des amis communistes en France qui pratiquent une librairie communiste et effectivement il y a des gens qui trouvent le livre et le titre insupportable. Mais ce n’est pas le livre qui est insupportable, c’est le fait que je ne partage pas l’idéologie.

Tout le monde parle d’un titre provocateur. Moi, je trouve le titre plutôt amusant.

C’est un titre percutant „Castro est mort!“. Et puis c’est la réalité. La révolution, elle est morte.

Vous aimez les livres. Mais vous n’aimez pas les livres épais. Vous dites qu’il y a trop de mots dedans. Êtes-vous un minimaliste?

Oui, j’aime bien les choses déliées et percutantes. Je n’aime pas les choses trop descriptives, surtout dans notre époque. Je comprends que le roman du 19ème siècle, le roman russe, par exemple, et le roman français étaient extrêmement épais, parce qu’ils avaient une valeur encyclopédique. Il se trouve qu’aujourd’hui avec l’Internet, avec ces images, avec la photographie et la télévision je pense que – ce n’est pas la vérité, il y a d’autre vérités qui sont aussi valables, il y a des gros livres très bons – mais pour ma part je trouve que c’est bien si un livre est vraiment allégorique. C’est un peu comme l’écume, comme le pic de l’iceberg. Que la partie apparente, la partie du texte soit bien plus petite que la partie à comprendre. C’est ça ma théorie.

Vous écrivez aussi des pièces de théâtre. L’affaire Natascha Kampusch vous a inspiré. La pièce est-elle terminée?

Oui, la pièce est terminée, elle est traduite en allemand et je cherche un endroit pour la faire jouer.

En Autriche?

J’essaye, j’essaye.

Le titre?

Ça s’appelle „Moi, Léa, 13 ans.“

Quelle était votre motivation?

J’aime bien les gens qui sont enfermés. Je crois que nous vivons dans un monde pédophagique.

?

Pédopahage. Pédo comme enfant, phage comme manger. C’est à dire un monde qui mange ses enfants et qui se nourrit de la chair fraîche, de la chair jeune.

Ce qui m’a intéressé c’était de montrer qu’une personne comme Natascha Kampusch était autant mangé par son bourreau que par immédiat …. En fait c’était le monde qui était pédophagique. Et pas simplement quelques pervers perdus à droite ou à gauche en amour sordide. La pièce travaille sur deux parties. La première montre Natascha Kampusch petite, c’est à dire Léa, une victime qui domine intellectuellement son bourreau. Dans la deuxième partie elle croit qu’elle domine les caméras mais qu’évidemment ce sont les caméras qui la dominent. Donc ce n’est pas seulement une description de l’affaire Kampusch. C’est l’ambivalence.

Alors j’espère de la voir bientôt en Autriche et je vous remercie beaucoup.

Didier Goupil: Né 1963 à Paris, vit à Toulouse. Écrivain, scénariste, conseiller dramatique et enseignant. Publication de la prose depuis 1995. Pour son premier œuvre le volume de récits «Malterre» il a obtenu le Prix Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres et le Prix Cino del Duca. «Femme du monde» (Éditions Balland 2001, nouvelle édition Le Serpent à Plumes 2003) a été son premier roman traduit en allemand «Endstation Ritz» (Haymon Verlag)


Didier Goupil             didier.goupil1@orange.fr            06.63.90.47.98

 

Publicités